Tomislav Dretar: Rattraper de minutes volées au coïte et à la musique inachevés à six heure du matin/Nadoknaditi minute ukradene nezavršenom koitusu u šest sati izjutra

Publié le par Thomas Dretart

 

Le matin du mille-et-unième nuit

en un délai volatile

En guise de volailles industrielles

fonctionnelles

A la recherche de beaux sourires

de préposés

À amortir la pression de prépension

à éviter la dépression

Embarquent les trains et les trams

métropolitains

Comme toujours le goût de volupté

était transféré

À un jour à venir car on n’est

pas payé pour jouir

Car on est destiné à danser

comme les banques jouent

Peu importe si s’était le violon

ou le canon à 202 mm

On n’a pas de temps à écouter

l’accordéon de voyageurs roumains

à travers l’Europe Qui voulait

décongeler les parlers gelés

car il descende Au prochain arrêt

pour ne pas gaspiller son aumône

au nom de bon esprit de l’art car

la police na pas de goût pur cela

Les écouteurs ne veulent rien

que rattraper de minutes 

Volées au coïte inachevé

et la musique à six heure

du matin Ne fait que tuer

une fourmi à temps plein

par une cigale sans domicile fixe

sans permis ni de séjour ni de travail

U jutro tisuću i prve noći s jednim plinovitim
odmakom U ulozi funkcionalne leteće
industrijski hranjene peradi  U potrazi
za lijepim osmjesima pretpostavljenih
Da bi se ublažila presija preranog
penzioniranja i izbjeglo Opadanje
ukrcavanja u vlakove i tramvaje
metropolitanske Kao i uvijek
okus pohote bijaše prenesen
na slijedeći dan jer nije se plaće
da se uživa Već je suđeno igrati
kako banke sviraju i nevažno
je da li je to muzika violine ili
topova calibra 202 milimetra
Nema se vremena slušati
Harmonike rumunskih putnika
kroz Europu Koji bi htjeli odlediti
zamrznute govornike koji silaze
na slijedećem stajalištu kako
ne bi rasipali sakupljenu milostinju
u ime dobrog duha umjetnosti
za kojeg policija nema sluha
Slušatelji neće ništa drugo
nego nadoknaditi minute
ukradene od nesvršenog koitusa
pa muzika u šest sati ujutro ne
učini ništa drugo no to što mrav
zaposlen na puno radno bude ubijen
od cfvrčka bez stalnog boravišta
ni boravišne ni radne dozvole

 


Thomas Dretart: PAROLE, MON LOGEMENT SOCIAL - poèmes inédits

Publié dans Poésie francophone

Commenter cet article