Tomislav Dretar: La Paloma Bianca de Bruxelles/Bruxelleška La Paloma Bjanca

Publié le par Thomas Dretart

 

 

 

La Paloma avait atterri

à Bruxelles année 1867

L’âme de Maximilian

perçait le ciel

de Mexique

Et Charlotte

arrosait

les fleures

des Cobourg

Napoléon le Troisième

pissait sur le mur

et les communards

chez Per Lachaise

Pour faire disparaître

le rouge par la rogue

couleur du jaune

bien s’y applique

L’orange Benito Juarez

ne songeait pas

de la musique cubaine

Il adorait l’aboiement

choral de mitraillettes américaines

Emiliano Zapata

avait raté

le jour du concert

l’accueil était chaud

Mais il n’avait pas raté

sa sérénade sous

la fenêtre de la liberté

La Paloma Blanca

se repose sur l’épaule

de Buffalo Bill

Le Cirque continue

de chants de quechua

dans la Rue de Neuve

Zavatta et Bouglione

partagent Heysel

mais les Cirques n’ont

Plus au programme

le mur de mort pour

embaucher un  motard

imperial

La Paloma je sletjela

u Brisel godine 1867. Maximilčijanova duša

parala je nebo

nad Mehicom

a Charlotta zalijevala

cvijeće Cobourško

Napoleon Treći

piškio po zidu

na komunare 

na groblju

Père Lachaise

Da zatre

crveno bahatom

bojom žutog

tako dobro zalijepljeno Naranča Benita

Juareza nije smišljala

muziku kubansku

On je obožavao

horsko lajanje

američkih mitraljeza

Emilijano Zapata

bijaše propustio

dan koncerta

i doček bijaše vruć

Ali on ne bijaše

propustio svoju

serenadu pod

prozorom slobode

La Paloma Bianca

se odmara

na ramenu Buffalo Billa

Cirkus nastavlja

kečua pjesme

u la Rue de Neuve

Zavatta i Bouglione

dijele  Heysel

ali Cirkusi više nemaju

na programu Zid smrti

da bi zaposlili nekog

nezaposlenog

carsko motoristu 

 

 


Thomas Dretart: PAROLE, MON LOGEMENT SOCIAL - poèmes inédits

Publié dans Poésie francophone

Commenter cet article

Samia Nasr 01/09/2009 01:04

Bonsoir mon amie, ravie de ton retour, j'espère que tout va bien pour toi, je suis contente de savoir que tu ne m'as pas oublié en laissant un petit commentaire sur ma page de l'île des poètes, je t'embrasse très fort mon ami, tu es toujours dans mes pensées.