Tomislav Dretar:Le paysage bruxellois aux menhirs/Briselski pejsaž s menhirima

Publié le par Thomas Dretart

 

 

 

grève-général-images

 

Bruxelles en grève général/Brisel u vrijeme općeg štrajka
Menhirs-de-Bruxelles-voisinage-images

Menhirs

de Bruxelles près de chez moi/Briselski Menhiri nedaleko mog stana

 

 

C’est le baisement général à ce jour de grève fraternel de la fleur de nation

Car les trames cessent à chérir la classe médiane de Madame la Capitale et d’autres mendiants encore non classés sur la liste noire de la Banque nationale

À raison de surendettement générale de Wallonie-Bruxelles Capitale

Les trames commencent à baiser de railles non employés les menhirs de Bruxelles

Baisent la pelouse aux yeux écarquillés de Monsieur Carrefour et le ciel se fait pénétrer jusqu’au fond par les crêtes de coques déjà dressés et les croissants de lune encore en états exotiques les monuments historiques baisent die Alltagsgechicte aux yeux propre de Monsieur Propre par les pigeons laissant de traces artistiques salpêtres

Sur les nez sur les épaules et notamment sur les joues héroïques en bronze

Les voitures baisent les rues et les ronds-points les conducteurs baisent le manque

De multitude de policiers à régler le coït général dans le transport en commun

Du levé du soleil jusqu’à le crépuscule les maîtresses de maisons à nettoyer baisent leurs consœurs les femmes de ménage à raison du travail au noir

Et les chefs baisent leurs secrétaires aux genoux nus à raison purement patrimoniale moi j’entre dans mon champs en argile et je laisse la manche du pioche à baiser mon dos au défaut de jambes de ma petite amie levées jusqu’au plafond

To je opća jebatanja na dan bratskog štrajka cvijeta nacije


Jer tramvaji prestanu milovati srednju klasu Gospođe Metropole i ostalih prosjaka još neklasiranih na crnoj listi nacionalne banke 

                                                      
Zbog opće prezaduženosti u regiji  Wallonie-Bruxelles Capitale 
                     
Tramvaji počinju šibati tračnice  Nezaposleni briselski menhiri 

Nabijaju  tratinu na očigled

rarogačenog Monsieur Carrefour a nebo dopušta pijetlovima nadignutih krijesta zabijati im se do dna a mjeseci mlađaci u egzotičnim stanjima historuijskih spomenika tucaju die Alltagsgechicte na očigled Monsieur Propre golubovi ostavljaju umjetničke tragove salitre

                                                                              Na nos na pleća i naročito na brončane obraze nacionalnih junaka

Kola psuju ulice i kružne tokove vozači kariši manjak                                                                                            Policijskih snaga u regulaciji općeg koitusa u javnom gradskom prometu

Od izlaska sunca sve do sumraka svako svakog kara kućne domaćice što čistiti moraju same psuju svoje kolegice po zvanju kućne pomoćnice zbog rada na crno

Šefovi guze svoje              sekretarice  golih koljena       zbog čisto nasljednog                  običaja ja ulazim u svoje glinono polje i puštam dršku krampa da mi guzi leđa u nedostatku do plafona dignutih nogu moje male ljubavnice

Thomas Dretart: PAROLE, MON LOGEMENT SOCIAL - poèmes inédits

Publié dans Poésie francophone

Commenter cet article