Tomislav Dretar: À la grande joie de la physique nucléaire/Na veliku radost nuklearne fizike

Publié le par Thomas Dretart

 

 

 

  Na veliku radost nuklearne fizike Papa je odbio posjetiti
po treći put Belgiju
Ali sveti Otac Ivan-Pavao II i njegov čukun-pra-prethodnik

Martins Sanctus le Cinq           

me zaposliše u zvanju      tehničara površina

Na katoličkom sveučilištu u Louvain la-Neuve na preporuku mog kolege po struci u sociologiji Prof. Rezsohazy jer sam bio tako talentiran vrtlar da su moje riječi katkad klijale po kazematima u Cyclotronu

Na veliku radost nuklearne fizike ja sam radio tako

Da prašina iz Univerzuma budući persona non grata

Nikad ne spriječi intelektualnu prašinu da zauzme  mjesto                                

Na mom dosjeu društvene promocije kod madame Bal                                         šefice Kadrovskog odsjeka  u svetom Personalnom servisu  svetih trbuha

Katkad bih ja umočio pero svoje u slivnik gdje umiru             

Svete izreke jer biokemija Christianea de Duvea

Uz asistenciju Profesora     Georgea Vandenberghea na razini mikrobiotičkoj

ne priznaje istinu Svetog Oca i

Jer ja ne volim  kriti istinu koja se krije iza prašine života

Čiji svjetlosni spektar bijaše posljednji siže božanskog Goethea                                           Mehr Licht rekao je stari kolorilog prije smrti   svoje

Ne iščući osvijetliti tamu već iščući milost

U smrti koja prije bijaše boje roza no u mračnom tonu pa

nikad ne videći dugu proći vrata vječnosti

Činčila nobeliana od madame de Duve ne imade

Nikakvih briga o bakterijskim kulturama kojima sam ja

dodjeljivao smrtnu presudu jer život i smrt bakterijska

Činiše domenu moje beskrajne ovlasti u kulturnom životu

 

 

                                                      

 

À la grande joie de la physique nucléaire Le pape a renoncé pour la troisième fois de visiter la Belgique

Mais le Père Saint Jean-Paul le Deux et son arrière-grand-prédécesseur Martins Sanctus le Cinq m’ont embauché en guise de technicien de surfaces

À l’Université de Louvain la-Neuve à la recommandation de mon confrère sociologue Prof Rezsohazy car je suis talentueux jardinier dont les paroles viennent à pousser parfois en casemates du Cyclotron

À la grande joie de la physique nucléaire je fais de la sorte

Que la poussière d’Univers étant donné une persona non grata

Jamais n’empêche la poussière intellectuelle de prendre la place

Sur mon dossier de la promotion sociale chez madame la Bal le chef

De Ressources humaines du Service du personnel saint de ventres saints

Parfois j’avais trempé mon calame dans l’évier où se font mourir

Les paroles saintes car la biochimie de Christiane de Duve

À l’assistance de Professeur George Vandenberghe au niveau microbique

Car je n’aime pas la vérité se cachant derrière la poussière de la vie

Dont le spectre lumineux était le dernier sujet de Goethe céleste

Mehr Licht a dit le vieux couleurologue avant qu’il se meurt

Ne cherchant pas à éclaircir le noir mais demander de la pitié

À la mort qu’elle soit plutôt en rose qu’en vide obscure et en

Jamais ne voyant l’arc-en-ciel où a franchi la porte d’éternité

Le chinchilla nobélien de madame de Duve ne faisant pas de

Soucies sur les cultures bactériennes aux quelles je fais

La sentence scientifique car la mort et la vie bactérienne

Font le domaine de mon pouvoir illimité dans la vie culturelle

Thomas Dretart: PAROLE, MON LOGEMENT SOCIAL - poèmes inédits

Publié dans Poésie francophone

Commenter cet article