Tomislav Dretar: Le poème d’un apatride/Pjesma jednog apatrida

Publié le par Thomas Dretart

 


Si soleil avait la nationalité

elle serait sans doute française

car il lèche la terre entre les hanches

 

Si la terre avait la nationalité

elle serait sans doute une anglaise

car elle jouit sans gémir elle fini sans crier

 

Si l’océan avait la nationalité

elle serait sans aucun doute turque

car il fait que femmes lèvent les jambes

sans les demander ni avoir de doute

où va finir l’élévation de saintes idées

 

Si le ciel avait nationalité

elle serait bien sûr et par bonheur

un apatride car tout le monde le baise

sans cesser dès qu’il l’attrape un malheur

Kad bi Sunce imalo nacionalnost
ona bi bez sumnje bila francuska
jer liže zemlju između bedara

Da zemlja ima nacionalnot
ona bi bez sumnje bila engleska
jer svršava nit kriči nit vrišti

Kad bi Ocean imao nacionalnost
ona bi nesumnjivo bila turska
jer mu žene same dižu noge
mada im to i ne traži nit one brinu
do kojeg će stići neba sveta ideja

Kad bi Nebo imalo nacionalnost
ono bi sigurno i na sreću bilo
jedan apatrid jer ga cijeli svijet
neprestano jebe čim ga muka stigne

Publié dans Poésie francophone

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article