Marina TRUMIĆ: SREBRENICA (1) – Poignée

Publié le par Thomas Dretart

marina_trumic1































Marina TRUMIĆ: SREBRENICA (1)










LAISSES-MOI DANS TON POÈME

À Ferida D.

La nuit pendant que je lis tees vers, mon souhait croît,

pousse avec exubérance éveillé, mais encore en quelques rêves,

j'en ai souhaite, et on ne peut pas négliger cela, n'écouter rien que le silence et de paroles de ton Poème,

laisser passer un peu d'air parmi de lettres, peu de lumière parmi de paroles, petite miette de silence parmi de vers et à chaque palier,

J'ai une souhaite, la grande souhaite, dis-je, il est l'heure; je pense, qu'on déjà entre-je dans Ta poème, ma souhaite est forte, dis-je, et ce n'est pas même la plus modeste,

qu'on déjà une fois je trouve ma petite place à moi à jamais

dans ton Poème

I pour cela, femme, entendes-toi ce que te dis-je moi:

Laisses-moi dans ton Poème!

PUSTI ME U SVOJU PJESMU

Feridi D.

Dok noću čitam tvoje stihove, želja mi raste,

buja na javi, a i u ponekome snu,

želja mi je, i to se ne može zanemariti,

da slušam samo tišinu i riječi Tvoje pjesme,

da pustim malo zraka među slova,

malo svjetla među riječi, mrvcu tišine

među stihove i po jedan Mjesec na svakom odmorištu,

želja mi je, želja mi je jaka, velim,

želja mi je, vrijeme je, mislim, da već jednom

uđem u Tvoju pjesmu,

želja mi je jaka, kažem, i to ne baš najskromnija,

da jednom nađem svoje zauvijekno mjestance

u tvojoj Pjesmi

I stoga, ženo, čuješ li što ti kažem:

Pusti me u svoju Pjesmu!

EN TRAM

Comme en Paradis

Je crois en mort

Je crois en vie

allumez de flambeaux

vous des créatures ridicules

nos belles poupées son s’envolées

et de nombreux masques sont tombés

nous ne croyons qu’à la fin la justice arrive

nous n’avons plus de force de croire que cettes

choses terribles n’arrivent

qu’aux autres

depuis que notre qutidienne a déménagée

dans l’étincellantes images sur de consoles de télés

ces trucs oscillants éléctronique

sucent nos petites vies

comme en latino-sériale

nous n’avons plus de désire à savoir, rêver

que jusqu’à la fin de la vie nous devrons regarder

que à ces malheureux autres

qui n’existennt même pas à l’impressum

arrivent rien que malheureus et que

jusqu’à la fin de la vie serait notre

triste vie télévisée

celle dont eux le vivent à notre place

et pour nous-même

et que pour cela eux n’auront pas aucun souci

comment dans ces cas croire

que cela va perdurer jusqu’à la fin

et encore plus longtemps et encore plus que ça et que notre véritable place n’est pas au paradis mais dans le trame

dans le tram chaque jour

je te n’aime pas comme sur le film

je t’aime moins, parfois plus

Mon Dieu, donne-moi que je t’aime de trop.

U TRAMVAJU

Kao u raju

Ja vjerujem u smrt

Ja vjerujem u život

zažežite baklje

vi smiješni stvorovi

naše su lijepe lutke odlepršale

i mnoge su maske pale

ne vjerujemo da na kraju dolazi pravda

nemamo više snage vjerovati kako se te

strašne stvari događaju samo

drugima

otkako se naša svakodnevnica preselila

u svjetlucave slike na TV ekranima

te drhturave elektronske kerefeke

sišu naše male živote

kao u latino seriji

nemamo više volje znati, snatriti

da nam je do kraja života gledati

kako se tim nevoljnim drugima

kojih nema čak ni na špici

događaju same nesreće i da

takav će do konca biti naš

tužni televizijski život

što ga oni žive umjesto nas

i za nas

i da ih za to uistinu neće briga moriti

kako onda povjerovati

da će tako do kraja trajati

i još dulje i još dalje

i da nam je pravo mjesto

ne u raju već u tramvaju

u tramvaju svakog dana

ja te ne volim kao na filmu

volim te manje, nekad te volim više

Bože, daj da te volim previše.

ODE À LA PROSTITUE

Femme, putain, toi la fragiles fille publique,

La Bénite Marie -  Magdalen,

aux épaules surchargées,

Les vielles filles pour trois sou et toutes

celles filles jeunes qui travaillent mieux

malades et sains des Maries sœurs de charité aux grosses fesses, seines, plates comme de planches présomptueuses naïades, la viande pourrie de macros drogués

Je Vous parle quand je marche par cette allée

Aux statues. Par allée qui a perdu son feuillage et la froidure s’est engagée

Avec la chérie à elle dans son cœur, écoutes maintenant ton être subversive et la chante

De la mer qui coule par lui dans tous ports et toutes gares trous obscures, sur les champs

De désire et harmonies de glandes ; et puis dis-toi à moi,

Pourquoi je te jetais comme ça de la première fois directement dans les yeux – putain ! Et non pas toi la reine de la nuit, admiratrice d’amour et d’argent, ou un ou autre, ou tout les deux et qui le sait ce qu’elles aiment  ces Alice dans le royaume de spectre, enchanteresses de champs de batailles, souveraines de poubelles, petits jouets de maris frustrés et narco dealeurs, raccrocheuses canailles, comment dit la sage nation, les Préférées de Dieu, peu importe !

Maladroite comme je suis

Je ne voulais que

Seulement dire que cette humanité-ci comme il est, quelque part, n’importe où, ériger au moins un, peu importe de quel petite taille, mesquin monument divine omni-femme – à Putain,

Sur qui les feuilles automnales seraient fait la halte, sur qui les oiselets auront fait ses petites pipi-caca

Et pleurait la pluie

O n'importe quoi!

Elles l'ont méritées en tout cas

Par las plus grande raison

que tous ces commandants en chef

aux gros ventre qui

si glorieusement couronnés

ont mené à la mort

de milliers jeunes garçons inconnus

à qui ces

Déesses innocentes

Donnèrent peut-être la larme de soupe, la miette d'amour

et offrirent instant-abri.

*****

Non, ne t'arrête pas, s'il Te plaît,

Insistait-lui, aux yeux fermés avec

La tête foncée dans son giron.

La destinée nous a touchées, tu vois!

Et pour cela, raconte encore, j'aime

t'écouter quand tu racontes comme si ti peintes, en couleurs.

ODA KURVI

Ženo, kurvo, ti krhka djevojčuro,

Blažena Marijo Magdaleno,

s preteškim bremenom na plećima,

Cure stare za tri pare i sve

one djeve mlade što bolje rade

bolesne i zdrave Milosnice Mare

guzate, sisate, kao daske ravne dame

prpošne rusalke, truhlo meso svodnika i narkića,

Vama slovim dok kročim ovom

alejom sa statuama. Drvoredom s koga

otpalo je lišće i studen se zametnula,

s draganom u srcu njezinu, poslušaj sada

svoje subverzivno biće i pjesmu

mora što kroz njega protiče

na svim pristaništima i kolodvorima

opskurnim rupama, poprištima

žudnje i harmonije žlijezda; pa sad reci, ti meni,

zašto li sam samo ovako s nokta

tresnula pravo u oči - kurva! A ne

kraljice noći, poklonice

ljubavi i novca, ili jednog ili drugog,

ili oboje i tko zna što još vole ove

Alise, u kraljevstvu privida,

čarobnice ljubavnih ratišta,

vladarice smetljišta,

igračkice frustriranih muževa i narkodilera,

uličarke nijedne, kako kaže

uvijek mudri narod,

Božje ljubovce

Svejedno!

nespretna kakva već jesam

htjela sam samo

reći da bi ovo čovječanstvo kakvo već jest

negdje, bilo gdje,

trebalo podići barem jedan,

ma kako mali, ma kako neugledan

spomenik božanstvenoj sveženi -.

Kurvi,

na kojem bi otpočivalo jesenje lišće,

po kojem bi seruckale ptice

i plakala kiša

Svejedno!

One su to zaslužile zacijelo

više od trbušastih vojskovođa što

ovjenčani takozvanom slavom

u smrt odvedoše

tisuće neznanih mladića kojima ove

nevine Boginje

dadoše možda suzu juhe, mrvu ljubavi

i pružiše instant utočište.

***

Ne, nemoj prestajati, molim Te,

navaljivaše on, sklopljenih očiju s

glavom zagnjurenom u njezinu krilu.

Sudbina nas je dirnula, što jest!

I baš zato, pričaj onda još, volim te

slušati dok ti tako nekako

pričaš u bojama.

 



Prijevod : Tomislav Dretar

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article