Tomislav Dretar: extraits du recueil “Douleur; Rhapsodie tsigane/izbor iz zbirke “Bol; Ciganska rapsodija”

Publié le par Thomas Dretart

 

Gérard et Tomo à la croisière de poètes sur Meuse 2008

Traduction l’auteur et Gérard ADAM (sur la photo)

  • douleur, rhapsodie tsiganeTitre : Douleur, rhapsodie tsigane
  • Auteur : Tomislav Dretar
  • Date de sortie : juin 2007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Popudbina za potovanje do Sudnjeg dana

Protiv Cigana prvi zakon objavljen je :
1471. god. li Lucernu;
1482. god. li Brandenburgu;
1484. god. u Španjolskoj;
1498. god. li Njemačkoj;
1526. god. li Portuga1iji;
1530. god. li Engleskoj;
1536. god. u Danskoj;
1549. god. u Francuskoj;
1540. god. li Flandriji;
1541. god. u Škotskoj;
1549. god. il Češkoj;
1557. god. li Po1jskoj
1637. god. il Švedskoj; ..,

Moguće je napraviti vječiti kalendar pogibije.
Popudbina tog stoljetnog puta može u jednu jedinu riječ stati, u veliku košaru boli da se na dugom putu ne oskudijeva. A pamćenje čemu služi? Zar zlu da se ne ponovi ?  Ili. možda, Dobru da se ostvari . Zakoni zabranjivaše Ciganima ljudskost, i oslobađahu civilizirane narode teškog bremena grijeha. Kalendar pokazuje put narastanja jedne ideje pravde. Vjerojatno je postojala i druga ideja, druga pravda? Ona što i danas luta i jauče.  
Le viatique du voyage jusqu’au Jour de Jugement dernier

Contre les Tsiganes les premières lois furent édictées
en 1471 à Lucerne;
en 1482 en Brandebourg; 
en 1484 en Espagne; 
en 1498 en Allemagne; 
en 1524 aux Pays-Bas; 
en 1526 au Portugal; 
en 1530 en Angleterre; 
en 1536 au Danemark; 
en 1539 en France; 
en 1540 en Flandre ;
en 1541 en Ecosse;
en 1549 en Tchéquie; 
en 1557 en Pologne;
en 1637 en Suède;...

On peut dresser l’éternel calendrier du désastre. Le viatique de ce chemin séculaire tient en un seul et unique vocable, une grande corbeille de douleur pour que rien ne fasse défaut tout au long du long chemin.
Mais à quoi sert la mémoire ? À ce que le mal ne revienne plus ? Ou peut-être que le bien se réalise ? Les lois déniaient aux Tsiganes l’humanité, libérant les nations civilisées du lourd fardeau du péché Le calendrier révèle comment peut croître une idée de la Justice.
Sans doute existait-il une autre idée, une Autre Justice Celle qui aujourd’hui encore erre et crie. 
Tvoja kuća lijepa je

Tvoja kuća lijepa je
Tvoja kuća puna je
Moja kuća lijepa je
Moja kuća puna je
Druže
Naše kuće ništa 
Baš ništa pomjeriti neće
Naše kuće čvrsto
Na svom mjestu stoje
Našim kućama krov je nebo golo
Našim kućama tlom je sag zemaljski 
Našim kucama ognjištem je sunce
Naša kuća jedno okno ima
Druže
Našu kuću nitko srušiti neće.
Ô belle est ta maison

Ô belle est ta maison
Pleine, ta maison
Et belle est ma maison
Pleine ma maison
Compagnon
Nos maisons rien
Non rien ne peut les mesurer
Nos maisons se dressent
À jamais à leur place
De nos maisons le ciel pur est le toit
De nos maisons le tapis des prairies est le sol
De nos maisons le soleil est le foyer
Notre maison n’a qu’une fenêtre
De notre maison l’hiver est le mur
Compagnon
Notre maison nul ne pourra la détruire
CIGANSKI GLAGOLI

Pjevaj, pjevaj Ciganko !
Sedefom se tvoja rana odijeva.

Gataj, gataj Ciganko 
drugill!a put u sreću.
Sebi još jednu ranu otvori.

Lutaj, lutaj Ciganko  !
Uzmi svjetlo za ruku  !
Uzmi tamu posestrimu  !
Iza svjetla,
Iza tame tvoj je bliski dom.

Prosi, prosi Ciganko  !
Otrpi svoj dar !

Ljubi, ljubi Ciganko !
Otvorenih očiiu podari oganj! 

Plači, plači Ciganko  !
čista suza li osvit,
gorka basma u sumrak.

Praštaj, praštaj Ciganko  !
<a href="http://encyclopedia.thefreedictionary.
com/Douleur,+rhapsodie+tsigane"
>The Distress, Gypsys Rhapsodie</a>
VERBES TSIGANES

Chante, chante, ô femme tsigane !
Que ta blessure s’habille de nacre.

Prédis, prédis, ô Tsigane !
Aux autres la voie du cœur
Et qu’en toi s’ouvre une autre blessure.

Erre, erre, ô Tsigane !
Prends la lumière par la main  !
Prends les ténèbres intimes ! 
Par-delà la lumière,
Au-delà des ténèbres tu pressens ton foyer.

Mendie, mendie, ô Tsigane !
Endure ton aumône !


Aime, aime, ô Tsigane ! 
Les yeux ouverts offre ta flamme  !

Pleure, pleure, ô Tsigane !
De pures larmes à l’aurore,
D’amères incantations au crépuscule.
 
Pardonne, pardonne sans fin, ô Tsigane  !
Zapalit ćemo vatre

Zapalit ćemo vatre,
tamu treba razgonit,
odasvud, tamu iz srca,
iz dubine odagnat treba.

Oko vatara splesti ruke.
Oko vatara.

Zapalit ćemo tri stotine vatara.
Zapalit ćemo tri tisuće vatara.
Zapalit ćemo vatru za svaku čergu.

Da vatra svako srce ogrije. 
Da vatra muku moju otopi.

Lica naša cigansku svjetlost,
iza tame, ti vatrama isijavat da stanu.

Plamen onaj davni da licem sjati stane.
Plamen onaj s početka patnje,
Plamen čergin Ciganinu prag.  
Nous allumerons des feux,

Nous allumerons des feux,
Il faut dissiper des ténèbres,
Ténèbres de partout, du cœur,
Du tréfonds, il faut les dissiper à jamais.

Autour du feu se prendre la main.
Autour du feu.

Nous allumerons trois cents feux.
Nous allumerons trois mille feux.
Nous allumerons un feu pour chaque foyer.

Que le feu réchauffe tous les cœurs.
Que le feu dégèle ma peine.

Qu’extrait des ténèbres par le feu
Notre visage rayonne la lumière tsigane.

Que cette flamme antique sur ton visage enfin resplendisse.  
Cette flamme des origines du martyre,
Flamme de ton foyer, Tsigane, elle est ton seuil.
Tvoj izgubljeni dom Ciganine

Tvoj izgubljeni dom Ciganine
ukaže e li dimu dalekih doba
li pepelu prisnih sjećanja.

Tvoj dobri dom, Rome
zabliješti li gustoj šumi,
li mrkoj paprati tuđine.

Zove te iz gusto posijanih kostiju,
budi te iz gnojavih rana.


I čeka te tvoj dom, Ciganine,
otvoren i u glibu povijesnom
i li nebeskom koritu šupljem.

I blješti tvoj dom, Rome, 
u svitanje i u sumrak
dana današnjeg i dana sudnjeg.

Da ti put k sebi osvijetli. 
Ton foyer perdu, ô Tsigane

Ton foyer perdu, ô Tsigane,
apparaît dans la fumée des temps lointains
dans la cendre des souvenirs intimes.

Ton bon foyer, ô Rrom,
étincelle dans la forêt dense
dans les obscures fougères des pays étrangers.

Il t’appelle de tous les ossements semés,
il te réveille par le suintement des blessures.

Et il t’attend, ton foyer, ô Tsigane,
ouvert dans la boue de l’Histoire
et dans l’auge vide du ciel.

Et il brille, ton foyer, ô Rrom, 
à la pointe de l’aube comme au crépuscule
aujourd’hui comme au Jour du Jugement  
pour que s’éclaire ton chemin vers lui.

Image Hosted by ImageShack.us

Commenter cet article