Federico Garcia Lorca, La femme adultère / Federico Garcia Lorca, Preljubnica

Publié le par Thomas Dretart

Federico Garcia Lorca, extrait de “El Romancero Gitano

Federico Garcia Lorca, pjesma iz  “Ciganski romancero”      

Tomislav Dretar, Le Beau 7-05-2010 20-15-28 79x95

 

La femme adultère

Preljubnica

A Lydia Cabrera y a su negrit

 

Je la pris près de la rivière

Car je la croyais sans mari

Tandis qu’elle était adultère

Ce fut la Saint-Jacques la nuit

Par rendez-vous et compromis

Quand s’éteignirent les lumières

Et s’allumèrent les cri-cri

Au coin des dernières enceintes

Je touchai ses seins endormis

Sa poitrine pour moi s’ouvrit

Comme des branches de jacinthes

Et dans mes oreilles l’empois

De ses jupes amidonnées

Crissait comme soie arrachée

Par douze couteaux à la fois

Les cimes d’arbres sans lumière

Grandissaient au bord du chemin

Et tout un horizon de chiens

Aboyait loin de la rivière

Quand nous avons franchi les ronces

Les épines et les ajoncs

Sous elle son chignon s’enfonce

Et fait un trou dans le limon

Quand ma cravate fût ôtée

Elle retira son jupon

Puis quand j’ôtai mon ceinturon

Quatre corsages d’affilée

Ni le nard ni les escargots

N’eurent jamais la peau si fine

Ni sous la lune les cristaux

N’ont de lueur plus cristalline

Ses cuisses s’enfuyaient sous moi

Comme des truites effrayées

L’une moitié toute embrasée

L’autre moitié pleine de froid

Cette nuit me vit galoper

De ma plus belle chevauchée

Sur une pouliche nacrée

Sans bride et sans étriers

Je suis homme et ne peux redire

Les choses qu’elle me disait

Le clair entendement m’inspire

De me montrer fort circonspect

Sale de baisers et de sable

Du bord de l’eau je la sortis

Les iris balançaient leur sabre

Contre les brises de la nuit

Pour agir en pleine droiture

Comme fait un loyal gitan

Je lui fis don en la quittant

D’un beau grand panier à couture

Mais sans vouloir en être épris

Parce qu’elle était adultère

Et se prétendait sans mari

Quand nous allions vers la rivière

 

 

Federico Garcia Lorca, extrait de “El Romancero Gitano”

Traduction Jean Prévost

A Lydia Cabrera y a su negrit

Uzeh ju pokraj rijeke
jer ju držah neudanom
Međutim imala ona muža
bijaše to u noći Svetog Jakova
na sastanku i sporazumno
kad se svjetla pogasiše
i zrikavci upališe
na uglu posljednjih bedema
dodirnuh joj usnule dojke
i prsa se njena meni otvoriše
kao struci hijacinta
a ušima mojim štirak
naštirkanih sukanja njenih
škripaše kao svila parana
s dvanaeset noževa u mah isti
vrškovi drveta mračni
uzrastaše uz rub puta
i sav obzor od pasa
lajaše daleko od rijeke
Kad smo prošli kupinjake
trnjake i žutilovke
pod njom punđa se njena zari
i rupu načini u glibu
kad kravata moja strgnuta bi
ona svuče suknju svoju
po tome kad ja pas raspasah
četiri bluze zaredom
ni smilj-resa ni spuževi
nikad tako finu
ne imadoše kožu
ni pod mjesecom kristali
imali nisu sjajnijeg odsjaja
bedra njena uzmicaše poda mnom
kao pastrmke užasnute
jedna pola sva zažarena
druga pola puna studi
ta mi noć vidje izjahati
najljepše od svih jahanja mojih
na sedefnoj ždrjebici
bez uzda i bez mamuza
Rom sam i ne mogu ponoviti
stvari što mi kazivala ona
Saznanje jasno nadahnu me
jako obazrivim pokazati sebe 
prljavu od poljubaca i od pijeska
s ruba vode ja ju izvedoh
njihala je perunika svoje sablje
uz lahorenja noćna
da postupim po punoj pravdi
kako Ciganinu odanom priliči 
dar joj na rastanku dadoh
jednu veliku korpu za šivenje
ne htijući ipak njome zanesen biti 
jer bijaše ona preljubnica
držeći se kao da je neudana
kad iđasmo prema rijeci


Federico Garcia Lorca, pjesma iz “Ciganski romancero”
Prijevod: Tomislav Dretar

 
 
 
 
 
 
 
 

Publié dans La poésie non clssée

Commenter cet article