Ahmad Tajmur: L'histoire d'amour / POVIJEST LJUBAVI - Traduit de l'arabe : Munir Mujic

Publié le par Thomas Dretart

  S FRANCUSKOG PREVEO: TOMISLAV DRETAR

Ahmad Tajmur:

Povijest ljubavi

[…]
Nisam znao
Dok sam se u tebe zaljubljivao
Da  se sa poviješću sebe utrkujem
I da uzglavlje vlastita groba ispisujem.

Kansuve al-Guri sam ja,
Ustao sam protiv Selima Prvog,
Ali, Hajir-beg, taj izdajnik
Pomože mu koliko je god mogao da me potuče.

Na Zuvajla kapiji
Moje je srce, Tumanovo srce,
Tri dana i noći tri okačeno bilo,
A Nil teče kako teče.

Ibn Ijas
Skreće al-Makriziju pogled
Na jedan crveni sokak,
Onaj što prolazi
Između turbeta plemenite Nefise
I crkve Marije Džerdži,
I stiže do kapije al-Nasr.

Koptska misa
Sa oltara Amonova hrama
Grli se
U mojim muslimanskim ušima
Sa podnevnim ezanom.

U mojim sokovima
Kola skriveni faraon
I čita prorokov zapis
Sa mojih očnih kapaka, a ja sam potpuno utrnuo
U molitvama zahvalnosti.

Prorok je sa papirusa
Pročitao ceremonijalni tekst
Da bih ja otvorio usta,
Otvorio sam usta
I onda su mi sa jezika potekli
ajeti iz Knjige opomene.

Ehnatonu sam kazao:
Prijestolnica tvoja
Na pola puta između Memfisa i Tebe treba da je,
A da bi našao ono što si zagubio,
Mene treba da slijediš.

Prostor oko mene pun je
Opijenih derviša,
Njihova vina do sada nisam kušao,
Niti njihova opijenost sliči mojoj opijenosti.

Jedared se
Pod azharskim svodovima prolamao
Topovski eho,
Jarosnih vojnika djelo,
Napoleonovih;
A Šampolion,
On pod svjetlošću karabituše
Sa mudrog kamena nekog
Odgoneta moju tajnu šifru.

I Knjiga mrtvih,
I zapisi iz piramida,
I Maitovo pero,
I tužaljke seljaka iz al-Fajjuma,
I moja osama u crkvi,
I Bog Vječni, Uzvišeni
Duhu mome pripadaju.

Ko bi da me naslijeđa moga liši,
Golim bih ga spopao rukama,
Makar me napao
Praćkom što dobaciti može
Od kamenog
Do doba atomskog.

Bulačani pušu u mom srcu
Poput orkana,
A ja se smiriti neću
Sve dok u Klajberovo srce Sulejman el-Halebi
Bodež ne zarije,
I ne osveti me.

Salahuddin Ejjubi,
Gospodar tebi koja si me zavela
Dade mi te za ženu,
i reče
“Neka vam tvrđava bude spavaća odaja,
Planina je iza vas,
a pred vama su sve noći blagoslovljene”.

Ali se paši što je pristigao iz Kavele
Dopade kako ti prinosiš žrtvu
Pa sve Kaveličane podjari
Da me žrtvuju.

Skočih za jednim mamelukom što je bio u bijegu
A tebe ostavih evnusima,
Dok su ti kosu
Vjetrovima umivale
Dvorske robinje.

Valija arnautskih brkova
Srče svoju tursku kahvu,
Tegli nargilu,
I pilji
U struk.

Gledam te
Kroz prozor
Dok pjevaš: Aman, aman,
A al-Hamuli te doziva:
Hej ti koja si nekad bila
Moja Šedžera Durr.

Kleopatro,
Ti si zbog mene žrtvovala Antonija
Ostavivši njegove lađe nasred mora
I s čežnjom se vratila u moju izbu,
Da bi žrtvovala samu sebe,
Niječući
Da čezneš
Kazniti Rim, kleopatrijskim otrovom.

Hatšepsut,
Vidjeh te kako šalješ ljude u gradove Ponta
Da mi donesu
Duhana i burmuta,
I da sprave smjese za moje balzamovanje
U samostanu na moru.

Izis,
Upoznao sam te
Dok si mi pravila zglob lakatni,
Lakat vezavši za nadlakticu,
A nadlakticu učvrstivši mišicom,
A onda,
Mišicu si sa plećkom povezala,
Pa sa jednom i drugom ključnom kosti
Kako bi mi snagu podarila.

Otišla si u Biblos,
I vratila si sa Ozirisom
Cijelu jednu pjesmu, 
Dok je na klasju rižinom
Ostala razbacana ne-poezija.

Kako te mogu grditi
Dok im pjevaš "aman"
I dok ja u Orabijevoj vojsci
Branim svoju kapiju
Od vjetra što njih želi srušiti,
A i mene.

Sa Barudijem me do Cejlona
Odnese vjetar,
Kad se vratih  iz progonstva sa Sejšela,
U društvu sa Sa'dom
"Domovino moja"
pjevao je Sejjid Derviš,
i svud se isto pjevalo
od Sredozemne obale
do Nubijske pustinje.

Gledam te dok Abd an-Nasir drži govor u julu,
A znoj ti lije
Niz preplanulo čelo
Poput delte,
I hvata puls revolucije.

Vidim te
Skrhanu,
Juni je,
Tužan i plače
Kroz tvoje crne oči.

Ali šesti oktobar i
Deseti ramazan,
Po kalendaru gregorijanskom,
I onom hidžretskom,
Dva su znaka za
Jedan praznik.

S arapskog preveo: Munir Mujić

Ahmad Tajmur profesor je na Medicinskom fakultetu Univerziteta al-Azhar u Kairu. Objavio je nekoliko zbirki poezije i nekoliko poetskih drama. Pjesme su mu objavljivane diljem arapskog svijeta, a prevođene su i na druge jezike. Za njega je karakteristično da piše dugačke pjesme koje su protkane dramskim izrazom. U ovu pjesmu utkao je neke od najznačajnijih ličnosti i događaja iz povijesti Egipta.

 

 

 

 

Ahmad Tajmur:

 

 L'histoire d'amour

[...]
Je ne savais pas
Comme je suis tombé amoureux de toi
Pour faire la compétition à l'histoire à moi Et la tête de sa propre tombe écris-je .

Kansuve al- Guri c'est moi,
Je me levai contre Selim Ier,
Mais Hajir Bey , le traître
lui aidait autant qu'il le pouvait à me vaincre.

A la porte Zuvajla
Mon coeur , coeur de Tuman,
Trois jours et trois nuits était accroché là,
Et Nil coule à courir.

Ibn Ijas
Avertis al- Makrisi
Sur une ruelle rouge,
Celle qui passe
Entre la tombe du noble Nefise
et l' Eglise Marie Gjerjji ,
et atteint la porte de l' al-Nasr .

Messe copte
De l'autel du temple d'Amon
S'emrasse
dans mes oreilles musulmans
Avec l'ezan à midi.

Dans mes jus
Cicule Pharaon cachés
En lisant le compte rendu du prophète
De mes paupières , et moi, je entièrement engourdi
Dans les prières de gratitude .

Le prophète a lit du papyrus
Le texte de cérémonie
Que J'ouvert la bouche ,
J'ouvris la bouche
Et puis de ma langue commoncent à couler
Les versets du Livre de l'alerte .

À Ehnaton je l'ai dit :
Votre capital
Devrait être à mi-chemin, entre Memphis    et Thèbes
Et pour trouver ce que tu as perdu ,
Il doit me suivre .

L'espace autour de moi est plein de
derviches enivrés,
Leurs vins que je n'ai jamais goûté,
Nullement leur enivrance ne ressemble à la mienne .

Une seul fois s'est fait entendre
Sous les voûtesd'al-Azhar        L'echo decannons                                       L'oeuvre de soldats enragés
de Napoléon ;
à  Champolion ,
Sous la lumière de  candelabre
Depuis un sage rocher quelconq
Décode  mon mot de passe secret .

Et Livre des Morts ,
Et les écrits des  pyramides ,
Et la plume de Mait
Et la lamentation des paysans d'al- Fajjuma ,
Et ma solitude dans l'église ,
Et Dieu éternel , Sublime
àmon esprit appartenante .

Qui me veux dépouiller de mon héritage ,
Avec mes mains nues serais-je sur lui   Même si elle m'attaque
Avec la fronde, dont il pourrait attendre
Du temps de pierre
Jusqu'à l'ère atomique .

Bulacanien soufflent dans mon cœur
Comme les ouragans ,
Et je me ne veux pas calmer
Tant que dans le cœur de Kleiber Suleiman al- Halebi
Ne serait pas enfoncé un poignard ,
Et  ne me venge pas .

Salahuddin Ejjubi ,
Seigneur toi qui m'a séduit m'a                    donne pour la femme ,
et a dit:
«Que votre forteresse soit votre chambreà coucher ,
La montagne est derrière vous ,
et avant vous sont tous nuit bénis. "

Mais à pashâ qui estt arrivé de  Kavel
amait la façon que tu fais le sacrifice
Et agite  les tous Kaveliense
Pour sacrifier moi-même.

Je saute derière un mamelouk , qui était en fuite
Et toi, j'ai te  laissé aux euniques ,
Pendant que tes cheveux
Par les vents lavent
les esclaves de la Cour .

Wallia aux moustaches albanais
Sirote son café turc ,
aspire la Nargila ,
en fixante de regarde                                     Ta taille .

Je t'obsèrve
Par la fenêtre
Tout en chantant : Aman , Aman ,
Et al- Hama t'appelle :
Hé toi, qu'autre fois étais avez
Mon Durr Chejjer .

Cléopâtre,
Tu a pour moi sacrifié Antonio
En Quittant le navire au milieu de la mer
Et avec le désire a revenu                            dans mon réduit ,
Pour te sacrifier toi-même ,
Renieant
Que tu t'affole du désire de
Punir la Rome , par le venin de  . Cléopâtre.

Hatchepsout ,
Je t'ai vu que tu envois les gens vers les villes de Pont
Qu'ils m'apportent                                        Du tabac en plus de tabac à priser ,
Equ'ils preparent des melanges à mon embaumbement
à  monastère sur la mer .

Isis ,
Je vous ai rencontré
Alors que tu m'a établile brqs du coud Et puis ,
Le muscle liait au bras ,
Ensuite avec toutes deux clavicules ,      Pour me donner de la force.

Tu es allé à Byblos ,
Et  fait rentrer avec Osiris
Un chant entier ,
Pendant que le riz persillée
Reste dispersé non - poésie.

Comment pourais-je te gronder
Alors que tu leur chante , " aman "
Et pendant te que je suis dans l'armée d'Orabi à
Défendre sa porte
Du vent qui veut les détruire ,
Et moi-même aussi .

Avec Barudi moi à Ceylan
étais-je le vent , porté par le vent,
Quand je revint dem exil aux Seychelles ,
En compagnie de Sa'ad
" Ma patrie à moi " a
chanté Sayyid Dervishe ,
Et partout on chante le même
de la côte méditerranéenne
Au désert Nubienne.

Je te regarde quand Abd An- Nasir  prononce un discours en juillet ,
Et le sueur coule de toi
En devalant le front
Comme le delta ,
Et attrape le pouls de la révolution .

Je te vois
Concassée ,
Il est juin
Triste et pleurant
à travers tes yeux noirs .

Mais, le six octobre
Dixième du Ramadan ,
Selon le calendrier grégorien ,
Et se de Hijjre ,
Il y a deux signes pour
Un seul jour de Fête.

Traduit de l'arabe : Munir Mujic

Ahmad Taymûr professeur à la Faculté de médecine de l’Université Al-Azhar au Caire. Il a publié plusieurs recueils de poésie et un drame poétique. Ses poèmes ont été publiés partout dans le monde arabe, et ils ont été traduits dans d'autres langues. Il est typique pour lui d'écrire des poèmes longues qui sont imbriqués avec l'expression dramatique. Dans ce poème tisse quelques-unes des figures les plus importantes et les événements de l'histoire de l’Égypte.

 

 

Publié dans Littérature arabe

Commenter cet article