Arif Ključanin: HERCEGOVINA – pjesma u prozi

Publié le par Thomas Dretart

 

Arif Ključanin: HERCEGOVINA – poème en prose - aduction croato-bosnien - Tomislav Dretar

 

 

 

 Dans certaine période de la nuit quand les lanternes s'réfroidissent et les rêves commencent à  régner sur des endormies, au-dessus de l’Herzégovine s'ouvre l'abîme de l'Univers. Maisons, des arbres et des montagnes, désaccoutumés de la lumière, se balançant sur les étoiles et seulement la prière dévouement  tissée devant des autels dans la journée les tient sur un fil mince de chute précipité dans l'abîme. Celui qui voit ou a de doutes en visage sévère de Dieu soit  transformé en chauve-souris pour qu’il piaille étourdiment toute la nuit en battant avec des ailes poilues. Ou, eh bien, le transforme en un hibou dont les grands yeux ne peuvent voir rien du tout.


Ces le plus braves, en autre période de la nuit qui endurent pendre éveillés sur les étoiles au point du jour, avant que Dieu tourne la Terre vers le Soleil, eux peuvent voir son soin pour les fidèles et ces craignant de Dieu: doucement les prend de la terre et place ses yeux lumineux, éternelles et silencieuse les yeux sur le fond de l'abîme.


Celui qui n’avait pas été en Herzégovine, celui ne connaît pas le secret de la nuit.


 
Arif Ključanin: HERCEGOVINA– pjesma u prozi – u prijevodu Tomislava Dretara 


U neko doba noći, kada se svjetiljke ohlade i sni zavladaju usnulima, nad Hercegovinom se otvara bezdan svemira. Kuće, drveće i brda, odviknuta od svjetlosti, ljuljaju se nad zvijezdama i samo ih od strmoglavog pada u bezdan drže tanke niti molitve što se danju predano pletu pred oltarima. Tko ne vidi ili tko posumnja u strogo lice Boga biva pretvoren u netopira da cijuče i po cijelu noć bezglavo lamata dlakavim krilima. Ili, pak, u sovu, čije krupne oči ništa ne mogu ugledati.


Oni najhrabriji, koji budni izdrže visiti nad zvijezdama, pred zoru, prije nego Bog zemlju okrene Suncu, mogu vidjeti njegovu brigu za vjerne i bogobojažljive: nježno ih uzima sa zemlje i stavlja među svoje svjetleće, vječne i nijeme oči na dnu bezdana.


Tko nije bio u Hercegovini, taj ne zna tajnu noći.

 

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article