Arif Ključanin: Le trésor d’Herzégovine/Traduction par Thomas Dretart

Publié le par Thomas Dretart




Arif Ključanin

 




Blago Hercegovine

 

 

Traduction par Thomas Dretart




Le Trésor d’Herzégovine

 

 

 

 

Dugogodišnje moje skitnje Hercegovinom,

usponi na njene kamene ljepotice s visovima zaljubljenih u nebesa,

traženje mudrosti mehkog poljupca kamena i vode po obalama njenih rijeka,

igre skrivača s ponornicama,

odgonetanje tajni njenih znakova kamenih,

praćenje daha prošlosti po pitomim i sjetnim gradićima

i dugi sati osame po napuštenim gradinama

i nehtijući,

sve mi je plaćeno.

Sve bisage moje duše napete su od bogatih darova;

smiraja njenih krajolika,

okusa njenih krepkih vrela,

ponjava njenih mirisa od opore žalfije,

mističnog timjana i razmetljivog planinskog sunovrata,

svilene marame njenih praskozorja i rumenila sutona.

Ja sada mogu napisati pjesmu:

Ja sam bogat čovjek

i kad me otjeraju i dom mi razore

i kad me mrak tuđeg neba pokrije

i kad oceani  podignu brda valova između nas

i kad prijatelje izgubljene uzaludno hoću prepoznati u licima nepoznatim

i kad me neželjeni krajevi i mjesta ko lavina poklope

i kad me raduje kad mora u san ne dođe

i kad oni što žele da mi pomognu nude nesporazum

ja sam bogat čovjek.

U riznici mojih sjećanja još su bisage s blagom Hercegovine

i kad  mi tuga ranu otvori  ja bisage uzimam

i vidam se blagom njihovim

Glen Innes, Jun 2003.

 

De nombreuses années longues mes errances à travers Herzégovine,

Les montées sur ses belles en pierres à hauteurs amoureuse du ciel,

Recherches de la sagesse du baiser douce de pierre et de l’eau tout au long de bordes de ses rivières,

De joues à cache-cache avec les oueds,

Recherche de réponses aux signes secrets

En pierre, suivant les souffles de temps passés dans les accueillantes et nostalgiques petites villes

Durant de longues heures de solitude à l’intérieur d’immeubles abandonnés à leurs  ruines

Et on ne le voulant pas,

Toute sa beauté m’a été offert en gratuit.

Tous les valises de mon âme sont gonflé par les cadeaux riches ;

Des calmement de ses paysages,

Par gout ses ruisseaux rafraichissants,

Par le tapis d’odores de Salvia officialis amère, 

Thym mystique et présomptueuse Narcisses de poètes montagneux,

Les foulards de ses aurores et de rougeurs crépuscules.

Moi, je puisse maintenant écrire un poème/

Je suis un homme riche

et quand me pourchassent de chez moi et detruisent mon foyer
et l'obscurité d'un ciel étrange me couvert
et quand l'océans lèvent les montagnes en vagues entre nous
et quand  tous mes perdus amis je serais cherché en vainsur de visages des hommes inconnus
et qund me les pays que je ne desire pas et de lieu comme une avalanche me couvrent et quand je retrouve la joie qu'une nuit l'angoisse n'est pa venue me trembler dans mes rêves et quand ces qui aimraient m'aider m'offrent le malentendu je suis un homme heureux.
Dans le trésor de mes souvenirs sont encore de besaces plein de
precieuse richesse d'Herzégovine
et quand la tristesse ma plaie ouvre je prends ma besace
et me panse par leurs precieuses  richesses.

Glenn Innes, AD Jun 2003

 

 

 

(Na južnoj polutci zima je sredinom godine, kada cvjetaju kamelije. Opale latice dugo ostaju svježe čineci šarene vijence oko grmova. U mojoj bašči na Glen Innesu, Auckland, sedam je šarenih vijenaca rasuto po travi. Nekad sam ovaj mjesec, kad cvjetaju kamelije, zvao lipanj.)

 

(Sur la plus australe hemisphère de la Terre l'hievr est au milieu de l'année quand fleuirissent de camélias .Les pétales tombées longtempos après restent encore fraiches en faisant  les  coliières colorés autour de buissons. Dans mon jardin en cartier de Glen Innes à la ville de Auckland, sept coliières colorés brillent sur la pelouse. Autra fois , ce mois quand fleurissent de camelias j'avais appellé – mois de tuillel – lipanj. )

 

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article