Darko Cvijetić:Le mutisme dans le message - Volet V / Šutnja u poruci-prijevod Tomislav Dretar

Publié le par Thomas Dretart

  Darko Cvijetić,autor
 

 

 

Tomislav Dretar,trd.

Ćićin opis pucanja

Wednesday, June 17, 2009 at 11:45pm

Vojnik trči u haiku s municijom.
Neorezanog mramora.

Raj stavlja crijep na pidžame.
Još ima i perja
Na izlazu iz sela,
I soka nakon snošaja,
I smijeha
Zapuštanog s istoka.

Kao u mrtvim bakama.
Nečija se bista umata u snijeg

Već mekokosna za dlijeto.
Nevažno kao stomak.

Zarasle, neorezivane rane.

Šutnja u poruci pod
Nastrijeljenim pismonošom.

 Ćićo décrit la fussillade

Wednesday, June 17, 2009 at 11:45pm

Le soldat court dans le haïku avec la munition du marbre non-taillé.

Le Paradis met les ardoise sur pyjamas. Encore a aussi de plumes A la sortie du village, Et du jus après le coïte, Et de la rire Négligé de l'est.

Comme en mamies mortes. La buste de quelqu'un s'enroule dans la neige

Déjà douce-osseuses pour le burin. Sans importance comme l'estomac.

Les plaies cicatrisées, non-taillées.

Le mutisme dans le message au dessous Du facteur touché par un tire.

Dokumentiranje finiša

Sunday, June 14, 2009 at 12:51am

Splet tetiva
Iz okreta moje majke.

Kao potez koji
Fisher nikada ne bi
Povukao.
Krzno na ideji o
Noževima.Cijedovi soka
Opet će započeti jezero.

Most stoji
Zauvijek odabravši rijeci
Grlo.
Uostalom otoplit će i ovaj
Put.
U tuđem sjećanju na mene.

I hodam tako scenom
I raji velim kako sam sjekirom.
I gledaju me.
I aplauz bude.

Dug kao djetinjstvo moje kćeri.

 Finiche documenté

 

Sunday, June 14, 2009 at 12:51am

 

Plexus de tentons Du virage de ma mère

 

Comme le coup que Fischer ne jamais aurait

Fait. La Fourrure sur l'idée de Couteaux. Égouttures du jus De nouveau vont commencer le lac.

 

Le pont tient Pour toujours en choisissant pour rivière la Gorge. En reste cette fois-ci encore va faire Chaud.

Dans les souvenirs d'autrui de moi.

 

Et moi, je marche comme ça par la scène Et à la publique je dit comment suis-je avec la hache. Et ils me regardent. Et l'applaudissement y eut.

 

Long comme l'enfance de ma fille.

 

 

 

Masovne razglednice iz Bosne

Friday, June 5, 2009 at 1:15am

Guli majka naranču i
Prijeratno se smije.
Mulj se u vodi od mene
Probija u dvorane.

Mongoli su zarobljenicima
Brijali glave i katranom
Obljepljivali. Uvezali
Kamiljom kožom.Za sat

Da kose rastu
Sada unutra.Dlakom se može
Do mozga.

U lutkama na kredencu
Nema maternice.
Kao skupa mišića.

Nema ono ti kao
Skrhan vrtoglavicom pustinje.
Žene kad plaču
Svi carski rezovi zadime
Na izrafalane čahure.
Sve ušuti od međusobna spominjanja.

 Les pancarte en masse depuis Bosnie

 

Friday, June 5, 2009 at 1:15am

 

La mère épluche l'orange et Elle rit à la manière d'avant guerre. La fange dans l'eau de moi

se raye le chemin dans les salles.

 

Les Mongole ont aux capturés Rasé de têtes en y leur appliquant Goudron. Puis liaient La peau des chameaux. Dans une heure

 

 

Que de poils poussent

Vers l'intérieur. Par les poils on peut

Jusqu'au cerveau.

 

Dans les poupées

Il n'y a de l'utérus.

En guise d'amas de muscles.

 

Ce n'a pas comme toi

épuisé par la vertige du désert. Les femmes quand pleurent Toutes opérations césariennes commencent à verser la fumée Sur les cartouches rafalés. Tout se fait taire à cause de mentiones communes.

 

 

 

 





Repetiranje tišine

Thursday, May 28, 2009 at 12:35am

Zima na goblenu
U bakinoj sobi.
Ode kost ode kost
Kucati pod cvijet.

Užas postupno hladne vode.
Orozi ostave rafale
Na jagodicama.

Buncizmi dječaka u
Rovovima.
Puni ženske kose.

Glinovit.
Takve riječi.
Ispuzale iz matere kao
Iz starog ribnjaka.

Isušen angeo
Obasjan humorom.
Ode cvijet ode cvijet
Zalutati u kost.



















Metar bez tebe

Monday, May 25, 2009 at 12:22am

Oči mi se
Kapilare
Kada mi dođe ta slika.

Na psima se vidjelo
Da će kostiju
Biti svuda.

Moja je voda
Primljena za staklo.
Olistavanje se držalo
Za zemlju.

Ruševine i kako im se
Nemar
Uočava u hodu
Akušerski odnosi
Među vodama.

I svaka se
Opisnina odustane
Pred tom slikom:

Kako su ti kako su ti
Velike oči
Rekla je snajperisti.

 

 

 

 

 

 Répétition du silence

 

Thursday, May 28, 2009 at 12:35am

 

L'hiver sur le Gobelin

Dans la chambre de mamie

S'assombrit l'os pas l'os Toquer sous la fleur.

 

Horreur de l'eau en refroidissement graduel

Les gâchettes laissent de rafales Sur des pulpes.

 

Délires de garçons dans

Les tranchées

Pleines des cheveux de femmes.

 

Argileu.

Les mots de la sorte. Grimpés de la mère comme D'un vieil étang.

 

L'ange séché Ensoleillé par l'humeur. La fleur s'en va la fleur s 'en va S'égarer dans l'os.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un Metre sans toi

Monday, May 25, 2009 at 12:22am

Mes yeux à moi se font En capillarité Quand cette image me vient.

Par le chiens on voyait Que des os Vont se trouver partout.

Mon eau S'est accolé au verre. Revêtement de feuille s'est tenu à terre.

Des ruines et comment leur Indolence Aperçoit en marche Les relations d'accouchement Parmi des eaux.

Et chaque Résultat de description s'abstient Devant cette image:

Comment t'as comment t'as Des yeux grands A dit-elle au snipers.

 











 

 

 

 

 

 

 

 

Metar bez moene

Sunday, May 25, 2009 at 12:26am

Obzirnost crkvenog gromobrana
Pri inkviziranju oluje.

Ili još
Njegovanije:
Budhin Juda.

Dinamikom ikone
Nakon više dobrih tišina
Crnine se vrate
U ormar.

Stvari.
Odbijenih kutova.
Kako ih je vidio Maljevič.

Jednostavno premokro za
Ikakve praporce.

I kako akmeistima
Otiču otačeska imena.
I kako mišići trate zemlju.

Trn
Odvojen od ruže
U potrazi za svojim okom.

 Un Metre sans moi

Sunday, May 25, 2009 at 12:26am

La plénitude d'égard du paratonnerre d'église Durant l'inquisition de tonnerre. Ou encore Plus douce: Juda de Budha.

Par la dynamique d'icône Après de plusieurs bons silences Habits de deuils sont remit Dans l'armoire.

Les choses. Aux angles arrachés. Comment les a vu Maljevič.

Simplement de trop humide pour N'importe quels grelots.

Et qu'aux akmeistes Écoulent les noms paternels. Et que les muscles traitent en vain le sol.

L'épine séparé de la rose En quette de son œil.





 

A što će ti grb,Ćićo?

Monday, May 18, 2009 at 11:56pm

Ta piljevina nakon
Pinokija.
Ja ti pričam:

Skela rijeci prijeti
Vodenicom.
Mrak puže po staklu
Kao u gladnim
Životinjama.

Vodili bi ljubav
Ali nemamo istu
Količinu zemlje.
Odvojenu za nasip.

I hoću da čuješ:
U vodi ribama srce otkucava.
Na zapadu neba
Ruše se kućice.
Počev od prvih aorti.

 Et pourquoi t'as un blason, Ćićo?

Monday, May 18, 2009 at 11:56pm

Cette sciure après Pinoccio. Je te raconte:

Le bachot menace la rivière D'un moulin à l'eau. Le noir grimpe sur le verre Comme dans Les animaux aux faim.

On aurait fait l'amoure Mais nous n'avons pas la même Quantité de terre Préparé pour la digue.

Même si je veux que t'entends: Dans l'eau le cœur de poissons bat A l'Occident du ciel Les maisonnette se écroulent à partir de premières aortes.

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article