Darko Cvijetić:Mûre grossi d'actes de décès/Dud se udebljao osmrtnicama - Volet VIII

Publié le par Thomas Dretart


Metar bez mene

Sunday, May 25, 2009 at 12:26am

Obzirnost crkvenog gromobrana
Pri inkviziranju oluje.

Ili još
Njegovanije:
Budhin Juda.

Dinamikom ikone
Nakon više dobrih tišina
Crnine se vrate
U ormar.

Stvari.
Odbijenih kutova.
Kako ih je vidio Maljevič.

Jednostavno premokro za
Ikakve praporce.

I kako akmeistima
Otiču otačeska imena.
I kako mišići trate zemlju.

Trn
Odvojen od ruže
U potrazi za svojim okom.



Un Metre sans moi

Sunday, May 25, 2009 at 12:26am

La plénitude d'égard du paratonnerre d'église Durant l'inquisition de tonnerre. Ou encore Plus douce: Juda de Budha.

Par la dynamique d'icône Après de plusieurs bons silences Habits de deuils sont remit Dans l'armoire.

Les choses. Aux angles arrachés. Comment les a vu Maljevič.

Simplement de trop humide pour N'importe quels grelots.

Et qu'aux acméistes Écoulent les noms paternels. Et que les muscles traitent en vain le sol.

L'épine séparée de la rose En quête de son œil.

A što će ti grb,Ćićo?

Monday, May 18, 2009 at 11:56pm

Ta piljevina nakon
Pinokija.
Ja ti pričam:

Skela rijeci prijeti
Vodenicom.
Mrak puže po staklu
Kao u gladnim
Životinjama.

Vodili bi ljubav
Ali nemamo istu
Količinu zemlje.
Odvojenu za nasip.

I hoću da čuješ:
U vodi ribama srce otkucava.
Na zapadu neba
Ruše se kućice.
Počev od prvih aorti

Et pourquoi t'as un blason, Ćićo?

Monday, May 18, 2009 at 11:56pm

Cette sciure après Pinoccio. Je te raconte:

Le bachot menace la rivière D'un moulin à l'eau. Le noir grimpe sur le verre Comme dans Les animaux aux faims.

On aurait fait l'amoure Mais nous n'avons pas la même Quantité de terre Préparé pour la digue.

Même si je veux que t'entends: Dans l'eau le cœur de poissons bat A l'Occident du ciel Les maisonnette se écroulent à partir de premières aortes.

Znao si za to,Ćićo

Saturday, May16, 2009 at 12:09 am

Trudnici da se uvećava
Količina krvi.
Ispod nule da se
Zadržava
Na angeoskom pojilu.

Blagi trzaj
Retrovizorskog krsta
Izazvan kočenjem.

Toliko vjetra u svemu.
Ili kako se smežurava
Ime majke
Na očevoj ramenoj tetovaži.

I da budu dječaci
Koji jecaju u pisoaru kasarne.

Biti hladne glave.
Biti tercijalno
Nedokopan Polinik.

Biti obezvrijeđena
Rilkeova elegija.
Kao bivša municija.

 

T'en savais,Ćićo

Saturday, May16, 2009 at 12:09 am

Que la quantité du sang d'une Femme enceinte s'augmente. Au-dessous du zéro qu'il se

Retient Sur l'abreuvoir d'anges.

Douce coup De la croix du rétroviseur Provoqué par la freinage.

Tellement de vent dans tout Ou comment se ride Le nom de la mère Sur la tatouage sur l'épaule du père.

Et qu'ils soient de garçons Qui sanglotent dans le pissoir de la caserne. Être de la tête froide. Être en tertiaire Polinik enterré.

Être élégie humiliée de Rilke. Comme la munition ancienne.



Evo slušam. Pričaj, ćićo

Tuesday, May 5, 2009 at 12:34am

Odakle početi:
Hercen je tvrdio da lice
Marijino otkriva saznanje
Da dijete
Nije njezino.

Muzika je
Jedini način da tišina
Ima smisla.
I kada miruje.
Doći će doći zadnja
Osamljenost.

Sve što je mokro
Imat će zajednički ručnik.

Onaj što je hodao
Mjesecom.
Vratio se u lopatu
Zemlje.

Dva orgazma prije
Nezamisliv i crn.
Vidi ti samo te male okice.









 

Voilà,Ćićo, je prête l'oreille. Raconte

Tuesday, May 5, 2009 at 12:34am

D'où commencer: Hercen a prétendu que le visage De Marie découvre connaissance Que l'enfant N'est pas à elle.

La Musique est Unique manière que le silence A du sens. Même au repos. Il viendra il viendra la dernière Solitude.

Tout ce qu'il est mouillé Aura une serviette commune.

Celui qui est marché Sur la Lune. Est rentrée dans la bêche De terre.

Deux orgasmes avant Inimaginable et noir. Regarde seulement ces petits yeux.

Samo ćeš vidjeti

Friday, April 24, 2009 at 11:37pm

Bog djece
Kojeg je zazivala moja kćer
Kasnivši na školsku priredbu.
Jezik
Uhvaćen s prstima mi
U limfi.

Poput velike rake
Nakon bitke.Sva ta mjesta
Gdje odlaze šumovi.
Koga mesom stvaraš

Načinješ ga nebom.
I vijenac se u prah spušta
Po haljine.
Dud deblja osmrtnicama
Kao kapilari na bedru bludnice.

Danas razumiješ
Da samo potrbuške
Vidiš
Propast stolice.

I da se zato
Monasima ne gnoje
Samodošibane rane.

Pala je noć.
Ništa ne pomaže rečenicama.





Tu n'as rien que voir

Friday, April 24, 2009 at 11:37pm

Dieu d'enfants Dont ma fille avais imploré Étant en retard à un spectacle scolaire. La langue attrapée par les doigts Dans lymphe.

Comme une grande fausse tombale Après la guerre. Tous ces lieux où partent de bruits. Ce que tu crée de la pulpe

Tu l'amorce par le ciel. Et la guirlande descende en poussière Sur la robe. Mûre grossie d'actes de décès Comme les vaisseaux de capillaires sur les hanches de prostituée.

Aujourd'hui tu comprends que couché sur le ventre Tu vois Le débâcle de chaise.

Et que pour cela Aux moines les plaies auto-flagellées ne se suppurèrent pas.

La nuit tombée. Nulle ne sécurise aux phrases

 

 

 

                                Ćićina priča o sobi

Monday, April 20, 2009 at 11:54pm

Veliš
Duša je bjelanjak
Dok iscuruje u gnijezdu.
Konačno staklo
Iz priče o napetosti jezera.
Svi čamci pate od kopna.

Imaju takve scene
Na goblenima.
Nebo koje je izbjeglo kišu.
Dođe nam po ptice.

Opožarena strana
Itake.
Imena muzeja na noćnom tramvaju.
Veliš
Postani vjetar
Prije nego on postane opasan
Za svijeće paljene za tebe.

Između svih primoranosti.
Vijorenje gline pod muhama.
Kad ti se pliš naježio.

 

 

 

 

 

 

 

                                         Le recit de Ćićo au sujet de chambre

 Monday, April 20, 2009 at 11:54pm

Tu dis                                  L'âme est le blanc d'œuf quand écoule dans                            le nid.                       Le verre dernier       Du récit sur la tension de las. Toutes les barques souffrent de rivage.

 

 

Ils existaient de telles scènes sur les gobelins.                             Le ciel qui a évité la pluie.

Il nous arrive près d'oiseau.

Le côté incendié                        d'Ithaque.                            Les noms de Musées sur le tram de nuit.                                         Tu dis Deviens le vent

Avant qu'ils ne devient pas dangereux                      

Pour les bougies allumées à toi.

Entre de tous priorités. Flottement d'argile sous les mouches.

Quand la peluche à toi s'est hérissée.

         

                                 

.Dvije praznine od mene

Friday, April 17, 2009 at 12:38am

Tijela vrabaca nad crkvom.
Vanjska strana očiju
Ili pripreme lova na obrok.
I etida i pištolj

Mogu se repetirati.
Vojni svećenik veže pupak
Novomatere na dajcu.
Jagodice smežurane

Bijelim mokrim vešom.
Raspremao sam
Svoju pjesmu pa je bilo
I šapica i sanskrtskih

Opisnina.Ostaju još
Nakupine straha.Kao u ženama iz
Bosne.Ili u
Bogaljevoj kapi na šanku.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.Deux vides de moi

Friday, April 17, 2009 at 12:38am

Les corps de moineaux au-dessus de l'église.                    Le côté extérieur des yeux       

Ou la préparation de la chasse  pour le repas.

Et l'étude et le pistolet se peuvent répéter.                  Le prêtre militaire ficèle nombril de nouvelle-accouchée sur la Deutz.                                 Les pulpes ridées     Par le sous-vêtement blanc mouillé.                                     J'ai démonté                                    Mon Poème et il y avait à part de petites pattes et de descriptions en sanskrit.  Ils restent encore des amas de peur. Comme en femmes de Bosnie. Ou dans la casquette d'estropié sur le bar.

 

Sav Cvijetić ovoga svijeta

Tuesday, April 14, 2009 at 12:59am

Nema opisa da stvara
Ikakvu svetkovinu.
Preci na prečici.Ogrnuti
Kao nakon spaljivanja.

Negdje si čitao ili si
Pipao više niti sam ne znaš.
Lutkar koji u mraku
Može uvrtati glave.

Odaje mladih matera
Mirišu na vratne vene.
Psi se oponašaju šutke.
Kao nomadi bez imena za more.

Kada svi umremo
Prva će ustati mama da otvori
Prozore.Zvat će na doručak
A nitko neće ustati.

Niti će iznositi drva za njom.
Čim se vrati ležaju
Presvučena u dugotrajniju
Tridesetgodišnju košulju.

Reći ćeš brate kako je to raj
Biti tolika ranjivost.

 

 

 

 

Toute Cvijetić de ce monde

Tuesday, April 14, 2009 at 12:59am 

Il n'existe pas la déscription qui crée N'importe quelle fête. Les ancêtres sur le chemin de traverse. Revêtis Comme après la crémation.

Quelque part t'as lit ou                              Palpait ni toi seul tu ne sais plus.  Montreur de marionnettes qui même dans le noir peut viser de têtes.

Les pièces de jeunes mères Répandent des odeurs de veines de cou. Les chiens s'entre-imitent tacitement. Comme des nomades qui n'ont pas le nom pour la mer.

Quand nous tous serons morts Maman va se lèvera en première pour ouvrir de fenêtres. Elle va appeler à manger mais personne  ne se lèvera.

Ni porter du bois derrière elle. Dès qu'elle revient au lit changée en la chemise de longue durée de Trente ans.

Tu vas dire mon frère comment c'est ce Paradis Être une telle vulnérabilité. *(Jeu de mots croates = Cvijetić, le patronyme signifie "la petite fleur")

 

I kako su ti velike oči

Monday, April 13, 2009 at 12:07am

Mlijeku je u sisi mrak.
Imena mostova
Jedu bostan na nasipu
Među tenkistima.

U proljeće
Šume dopiru pticama
Do koljena.Okapine
Iz gaze na urariji.

Ili kako ti to već
Prelazi u naviku.
Gazovi Rajne ili tek
Osušene ikone.

Gradovi srušeniji
Kada se okreneš prema
Jadranu.I evo
Jučer je bila godina od svega.

 

 

 

Et comment t'as de grands yeux

Monday, April 13, 2009 at 12:07am

Il est noir ai lait dans la mamelle. Les noms de ponts               Mangent de mêlons sur la digue Parmi de chauffer de chars.

Au printemps                                      Des forêts atteignent                      Aux genoux des oiseaux. Amas Des gouttes de bandage à l'infirmerie.

Ou comme cela passe en ton habitude. Les gués de Rhin ou les icônes tout à l'heure séchées.

Les ville la plus ruinées              Quand tu te tourne vers                  La mer Adriatique.  Et voilà           

Hier faisait une année pleine aux tout.

 

Dnevnik

Saturday, April 11, 2009 at 12:17am

Otkomadili se napokon
Bivši zanosi.
Zrak udahnut
Za kazati baš te riječi.

Prepoznajem
Uginula razdoblja
Među svojim slovima.
Uhodavano kao
Nestajanje.

Riječima umiru bebe
I posteljice ih dugo bole.
Potom su i šapice
I irvasi otišli mi iz pjesama.

Danas čak i plaše
Jedna drugu
Iznutricama zareza.

 

 

Le Journal 

Saturday, April 11, 2009 at 12:17am

Anciens enthousiasmes se sont Enfin dépiécés.                           L'aire aspirée justement pour prononcer ces mots.                                              Je reconnais                             Des ères crevées Entre mes lettres. Enchâssement comme                      La disparition.                                 Aux parole se meurent de bébés et les placentas leur longtemps font mal. Puis et les petites pattes et les rennes sont partis de mes poèmes. Aujourd’hui même font la peur l'une à l'autre                                Par les viscères de virgules.

 

 

 

Publié dans La poésie non clssée

Commenter cet article