Darko Cvijetić: Rougissement ver suture... /Crvenjenje,crvi, šavovi...Volet IX

Publié le par Thomas Dretart

Traduction en français: Tomislav Dretar

 

Lozinke,webovi,haikui

Friday, April 10, 2009 at 4:32pm

Tetrijeb tenk Tetovo
Kozara kamen Karlovac
Mostar more Moskva

Kos kostur Kosovo
Ban bostan Bosnia
Blues kosa Wietkong

Mraz nož Filoktet
Vijek vrijeme Vojska
Tikrit tišina Tarkovski

Mandeljštam krčag Majstor
Posao češljanje leševi
Košare crvenjenje jagode

Crvenjenje crvi šavovi…





 

 

 

 

Mots de passe, webs, haïkus

Friday, April 10, 2009 at 4:32pm

Tétras, tank, Tetovo Kozara,karst,Karlovac Mostar,mer, Moscou

Kosovo,corail,corbeau Ban,Bosnie,bombance «Boulot, métro, dodo»

Couteau, Cocteau,Philoctète atemporel,armée,à jamais Thiecrite, Tarckovsky,taire

Mandelstamm,cruche Maître Devoir peigner cadavres Corbeilles rougir fraises                 Rougissement ver suture...

 

 

Samo do pola,Cvijeta

Thursday, April 9, 2009 at 12:13am

Sada je svejedno.
Mrlje na podu pučke kuhinje.
Ili praporak
Na šamanskom tirzosu.

Počneš
Zapuštati rukopisanje.
Pod tušem shvatiš
Da su ti i testisi sijedi.

Grč nečije donje usne
U publici.
Neprecizan i mokar kao
Zadnji Dan republike.

U limfovode
Više ne zalazi sumnja.
I sve više o nebu mislim
Praznoruk i u pidžami.







 

 

 

 

Seulement à demi, Cvijeta

 

Thursday, April 9, 2009 at 12:13am

 

Maintenant il est égale. Les taches sur parterre de la cuisine populaire. Ou grelot Sur le thyrse du chaman.

 

Tu commences à négliger l'autographe-ion. Sous le douche comprend Que même de couilles à toi sont gris.

Le crampe du lèvre inférieur à quelqu'un

Dans la publique. Imprécis et mouillé comme La dernière Fête de la République.

 

La doute ne fréquent plus Des vaisseaux lymphatiques Et je pense de plus en plus Aux mains vides et en pyjamas de ciel .

 

 

 

Kafkanje u mjestu

Sunday, April 5, 2009 at 11:42pm

Priča sastavljana
Od riječi od kojih se ne živi.
Kao kosa
Snajperistove kćeri
Na idealnom vjetru.

Vojska u
Razmijenjenim vrtovima.
Proljeće
Ili žurba zvijeri
Da se premramori u fontani.
Mastim krilca
Rasuđujem vene.

Sveci i sisavci
Nepotrebno vrući.
Kao kiša u njihovoj zastavi.









 

 

 

Faire Kafka en place

 

Sunday, April 5, 2009 at 11:42pm

L'histoire composée De mots de qui on ne vit pas. Comme la chevelure De fille de snipers Sous le vent idéel.

 

L'armée dans Les jardins échangés. Le printemps Ou l'empressement de la bête D'être transformée en marbre de la fontaine. J'oins ailette Discerne de veines.

 

Des saints et des mammifères Sans aucun besoin chauds. Comme la pluie dans leur drapeau.

 

 

 





Pilatnina

Wednesday, April 1, 2009 at 6:58pm

Konji se linorezuju i stabla
Cure u hladovinu.
Nečije vrijeme prelazi u mene
I ispuzava na prozor.
Sklonost
Ratnih udovica da se
Razmeću sisama.

Danas napokon učim
Zviždati
Sklopljenih očiju.
Kao pred snošaj ili plakanje.
Jaja se zaokružuju u pticama.

Psi uz graničare civiljuju.
U masovnim grobnicama
Klupe su sve praznije.

Kao mrtav kut kao partizanska bista
Kao nokti.











 

 

 

 

 

Tribut de Pilat

 

Wednesday, April 1, 2009 at 6:58pm

Les chevaux se font en linotype et les tronc

Écoulent dans l'ombre. Le temps de quelqu'un passe en moi Et grimpant rampe à la fenêtre Prédisposition de veuves de guerre de se pavaner Par leurs seins.

Aujourd'hui enfin j'apprends à siffler aux yeux fermés. Comme avant le coïte ou La pleur. Les œufs s'arrondissent dans Des oiseaux.

Les chiens près des soldats confinaires deviennent civiques. Dans les tombeaux collectifs Les bancs sont de plus en plus vides.

Comme coin mort Comme buste de partisan Comme des ongles.

 



Stigli,ćićo

Monday, March 30, 2009 at 12:35pm

Na staloženom ulazu
Mramore se lavlje gubice.
Žito
Neozljeđeno od
Svakodnevne izdaje.

Bronca se zavajava prstima.
Pucanj
Odlazi biti glazbeni
Period municije.
Anđelu se rašiva šinjel
Od pijeska.

Između leptira i tenka
Gmizaju gusjenice.
Ideje o voću
Farbaju stabla do koljena.

Sjenkom možeš
S mača skinuti podne.

Ako zavoliš sunce za vratom.













 





Arrivés,Ćićo

Monday, March 30, 2009 at 12:35pm

À l'entrée rassise Les mâchoires de lion se marmorisent Le blé Sans lésion de Traitrise quotidienne.

La bronze dupe de doigts lui seule. Le Tire Part À être l'ère de munition. La capote d'ange se déchire Par le sable.

Entre le papillon et le tank Rampent des chenilles. Idées sur des fruits Colorent les fruitières jusqu'aux genoux.

Par l'ombre tu peux De l'épée enlever le midi.

Si tu commence à aimer le soleil sur ton cou.

Indijansko ime Jude



Wednesday, March 25, 2009 at 12:43am

Ruka majke
Izvučena iz obezglavljene kokoši.
Darko danas
Sakuplja ugljenisane
Ratne pokliče.
Mlad rukopis
Dignut na kub tinte.

I kako u
Norveškoj za jake zime
Griju zemlju da kopaju grobove.
Pogodak i cilj
Ne zbivaju se isti dan.
Biti zlatnik
Ušuškan u plućnoj maramici.

Na ivicama ptice
Nema nikakvih vena.
Ili vatre.



 

 

 

Le prénom de Juda à l'indien

 

Wednesday, March 25, 2009 at 12:43am

La main de mère Tirée de la poule décapitée. Darko aujourd'hui Ramasse cris de guerre carbonisés. Le jeune manuscrit Indexé sur cube d'ancre.

Et comment en Norvège durant la forte hiver Avant de piochage Réchauffent le sol destiné aux fosses tombales Coup portant et le but Ne se passent pas le jour même. Être sequin Enveloppé dans la plèvre.

Au bords des oiseaux Il n'a pas aucune veine. Ou du feu.





 

 

Venice,venice po riječima

Thursday, April 23, 2009 at 1:41pm

Oči nedavno batinanih ljudi.
Poput svadbenog ponašanja vode.
Životinje s ivice velikih događaja.
Mreže tetiva
Iz okretanja moje majke.

Titraju jarebice
Lovcu na nišanjenjima.
Ikre dok čipkaju
Mjesečinu na vodi.

Smijeh napuštan od istoka.
Ili išibavanje konja
U zamjenu za
Leševe leptira u herbariju.

Kadrovi nadlijetanja crkve
Ili slika starice dok se raskikava.

Dođeš na rat
Kao na čaj u pet.
Baš kako grlu nema sjenke.
Crvenoj bojici muzike

Niti vrtu suda o pustinji.



 

 



Petites veines, petites veines par de paroles



Thursday, April 23,2009 at 1:41pm

Les yeux des hommes tout récemment bâtonnés. Comme le comportement nuptial de l'eau. Les animaux de borde de grandes évènements. Vaisseaux de tendons De tournure de ma mère.

Vibrent des perdrix aux chasseurs sur le points à viser. Œufs de poissons pendant qu'elle brodent La claire de la lune sur la surface de l'eau.

La rire abandonné de l'est. Ou la flagellation des chevaux En revanche pour Des cadavres de papillons dans les herbiers.

Les cadres des survoles des églises Ou l'image de vieillarde au moment qu'elle détresse ses cheveux.

On arrive à la guerre comme en five-o'clock-tea. Justement comme si la gorge n'a pas d'ombre. À la couleur rouge de musique.

Ni de jugement au désert.






Publié dans La poésie non clssée

Commenter cet article