Philippe Leuckx : ON TIRE LA VILLE A SOI

Publié le par Thomas Dretart

 

 

Philippe Leuckx : ON TIRE LA VILLE A SOI
 20/05/2010 à 19:54

On tire la ville à soi
la vie les mains
si belles à prendre
le vêtement de vent
couverture ombre
la moindre ruelle
et la moindre trouée
on sent sur la peau
les fêlures les arbres
On gagne son champ de nuit
on trie la mie de ciel
on s'inonde d'oiseaux
maison au coeur
le long du Tibre blond
Rome s'étire sous les mots
de lumière
et soi
jusqu'à fleur d'aube

**traduction amicale de TOMISLAV DRETAR**

Privlačim grad k sebi
život ruke
tako lijepe za uzeti
odjeću od vjetra
pokrivač od sjene
i najmanju šupljinu
osjećati na koži
naprsline drveta
Vraćam se svom noćnom polju
izbiram milinu neba
potapan pticama dom u srcu
uzduž plavokosog Tibra
Rim si prostire pod riječima
svjetlost
i sopstvo
sve do cvasti zore

Publié dans Poésie francophone

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

phillippe Leuckx 21/05/2010 20:32



MERCI DE TOUT COEUR POUR LA TRADUCTION TOMISLAV
JE T'EMBRASSE