Tomislav Dretar: A Bruxelles les chaises sont en surabondance/ Bruxelles preobiluje stolicama

Publié le par Thomas Dretart

 

                    A Bruxelles les chaises sont en surabondance

                       

 

                       A Bruxelles les chaises sont en surabondance

Si la pluie le déshabille et oblige à faire la  danse

Mais dès que le soleil lui fait ses révérences

Il sort ses chaises sur les trottoirs et il panse

Ses plaies en fonçant ses doigts sous les jupes

De femmes assiégeant les rues de tous côtés

 Ne demandant l’âge ni permission à les ballotter

Car la chaloupe est fait à ne pas être de dupes

Ne profitant pas de solaire cavale de réclusion

Mois je suis à tel moment rien que Bruciël en

Personne j’attrape les premières paroles nues et

Avides d’être pénétrées je les emmène et dénude

Au lit de la feuille blanche plus en érection que Manet


Hrvatsko-bosanskim jezikom preveo Tomislav Dretar

Bruxelles preobiluje stolicama

 

Bruxelles ima stolica u preobilju

Ako ih kiša natjera da se svuku i zaplešu

Ali čim joj se sunce stane udvarati

On iznosi svoje stolice na nogostupe i vida

Svoje rane gurajući prste pod  suknje

ženma koje mu opsjednu ulice sa svih strana

Ne pitajući ih ni za dob ni za dozvolu za igranje

Jer lađa nije pravljena da bude prevrnuta

Ne profitirajući kratkim bijegom iz osame

Tog časa ja sam samo Bruciël osobno

I ništa više, dograbim prve nage riječi

Žudne da se u njih prodre odvodim ih i svlačim

U postelji od bijelog listja u većoj erekciji no Manet


 

 

Thomas Dretart: PAROLE, MON LOGEMENT SOCIAL - poèmes inédits

Publié dans La poésie non clssée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article