Tomislav Dretar: "Parole, mon logement social" soit "Et si la Belgique se scindait?" est sortie de la presse

Publié le par Thomas Dretart

 Tomislav Dretar, Le Beau 7-05-2010 20-15-28 79x95

Pour moi c'est une de plus importante

nouvelle

de ma carrière littéraire - mon septième

livre

en langue français est sortie de la presse 

 et promu

à la Radio "Brusselando". Mais pourquoi 

ce livre-ci?

Parce que je l'imaginais et écrivais

en français.

Même si mon ami Gérard Adam dit 

que mon écriture

ne pouvait pas être compris que par

moi seul, je m'en

fiche de ma syntaxe. J'ai le mis dans mon

rythme,   par mon ouï,  par

mes sentiments de la langue français et

les grammariens

n'ont rien à faire dans la poésie. Mais, 

je rigole,  bien sûre,

Gérard a bien entendu ma voix 

et son intervention de traducteur

 survenant après n'a rien fait qu'un

excellant rélais

de mes sentiments en un vrais français.

Il a une telle

culture linguistique, une telle faculté 

à manier de verses             

qu'on ne peut pas faire mieux. 

Je lui remercie infiniment

pour sont intermédiaire entre

mon et son français, 

je veux dire - du vrais français, belge.

 

 

Volilà des couvertures:

 

Tomislav-Dretar-4-09-2010-02-23-12-68x82.jpg 

 

Voilà trois poèmes:

 

1’

Parole, mon logement social

 

Je suis allé à la ville de Bruxelles

Demander un logement social

On m’a donné une parole

Depuis j’habite la parole

Mon logement social

Solide abritant et gratuit

Il me chauffe mon parapluie

Il est si vaste que toute ma famille

S’y amuse à régaler à la table

Humanitaire du capital européen

En admirant la beauté                                                                                 linguistique

De Bruxelles mon amour secrète

Il n’y a pas suffisamment de mots

Pour loger nourrir ni à faire

Espérer de vagabondés                                                                                       de clochards

créateurs de la langue française

La plus profitable industrie                                                                        céleste

Car au début il n’avait que                                                                                  la parole

Et je l’habite j’habite la parole                                                                          de début

Moïse nous a légué ce fait                                                                      anthropologique

On lui ne croyait pas toujours                                                                      qu’au début

N’était que la parole et moi                                                                              son profiteur

Je en confirme qu'au début                                                                                il n’a pas que la parole

J’en habite et elle est                                                                                  toujours au début

 

 

2’

Et si la Belgique se scindait?

 

Et si la Belgique se scindait?

Où s'installeraient les moules?    

Et s'on iraient les frittes? 

Vers où coulerait la bière

Synthèse de la beauté belge? 

A deux extases mènera la route

L'une dans la cave et l'autre

en grenier

Où les patrons aiment lutiner

leurs servantes

Jouissant d'elles en deux endroits

Et payants leurs services en noir.

Dans la cave la branche  souterraine

Continuera de vivre en racine

de tristesse

Et La corne dressée au grenier

abritera

De vieux jouets d'enfance oubliées

Ainsi que lespoints deséparation des 

Brouillards nuages pluie etnichons

de la voisine.  

Entre cave et grenier substitueront  

De coquilles vides afin que le Passé

Soit confortablement logé 

Comme dans un musée de la bière

et des moules-frites. 

 

3’

Trois Hespérides pour tromper –      

un seul  Hercule Trois Grâces       

à admirer - un Raphaël Trois

Hespérides       

à tromper - un Hercule

Trois langues à parler -

une Belgique

Trois Balkans à saigner –

d'une Turquie

Trois doigts levés -

un Serbe

Trois têtes à couper -

une mort

Trois religions à croire -

un seul Dieu

Trois périodes à passer -

une seule vie

Trois vérités à dire -

un mensonge

Trois morts à enterrer -

une seule Bosnie

Un seul Cyclope

aux trois yeux voyant

Un éternel malheur

en trois dimensions

  


Evo tri pjesme u prijevodu

na hrvatski:

  

1’

  Riječ, moj socijalni stan

 

 

Išao sam u briselsku komunu

tražiti jedan socijalni stan

Dadoše mi riječ

Otad ja nastanjujem riječ

Svoj socijalni stan

Čvrst zaštitnički i besplatan

On me grije moj kišobran

On je tako prostran da se

moja obitelj

cijela u njemu zabavlja

jesti sa stola humanitarnog

europskog grada glavnog

Diveći se ljepoti lingvističkoj

Brisela moje ljubavi tajne

On nema dovoljno riječi

Za nastaniti nahraniti

niti nadom okrijepiti

skitnice beskućnike

Jezika francuskog

Tvorce nebeske industrije

Najunosnije

Jer u početku ne bjaše

ništa osim riječi I ja nju

nastanjujem

ja stanujem u početnoj

riječi koju nam Mojsije

ostavi u naslijeđe

Ne vjerujem mu baš uvijek

da u početku

Ne bijaše drugo do li riječ

i da sam joj ja profiter

A ipak potvrđujem

da u početku

ne bi drugo do li riječ

Ja živim u njoj

i ona je još uvijek na početku

 

2’

 

A što ako se Belgija raspadne?

 

  

Gdje će se udomiti dagnje

A kamo će se skloniti pomfrit

I kamo će teći pivo [1]  sinteza

Belgijske ljepote

Put će voditi u dvije ekstaze

Jedna u podrum druga

na tavan

Gdje gazde vole ljubiti

svoje sluškinje

Na oba mjesta dobro

iskorištavati

Njihove usluge plaćane

na crno

U podrumu suterenska

grana

Nastavit će živjeti u korijenu

tuge

A onaj na tavanu nadignuti

rog skrit će

Stare igračke iz djetinjstva

Zaboravljene kao i točke

rascjepa

Između magluština sivila

kiša i susjetkinih

Cica Između podruma

i tavana ostat će

Prazne školjke da bi

prošlost bila svrhovita

U muzeju od

„moule-frite et bière“[2]


[1]moule fritte-dagnje, pomfrit

 i pivo- belgijski simbol-specijalitet,

za ukus mediteranske g

astronomije nepojmljiv spoj.

[2] « Muzej Pomfrit,dagnje i piva » .

 

3’

 

 Hesperide za prevariti

jednog Herkula

 

Tri Gracije za diviti se

Rafaelu

Tri Hesperide za prevariti

Herkula

Tri jezika za govoriti

u Belgiji

Tri Balkana da ih Turska

okrvavi

Tri uzdignuta prsta

jedan Srbin

Tri glave za posjeći

jedna smrt

Tri vjeroispovijesti za vjeru

u samo jednog Boga

Tri dobi za provesti

samo jedan život

Tri istine za izreći

samo jednu laž

Tri mrtva za ukopati

u samo jednoj Bosni

Samo jedan Kiklop su

tri oka videća

Vječna jedna nesreća

u tri dimenzije

         

http://www.rezolibre.com

Salut mes ami et amies

et à bientôt.

 

Ce poème et encore plusieurs

dizaines  

somblables sont sortie grâce

à Edition M.E.O.

Pratique fondu dans

mes anciens pays -

Croatie et Bosnie,

de me ne pas soutenir

en éditions de mes livres

bien qu'ils devient connus

dans le monde entier,

continue. L'êtat belge n'a

donné rien pour promouvoir

mes livres. Comme si moi,

êtais-je responsable

de grave défaite d 'éqipe

belge nationale

de foote 0:4 contre Croatie.

Si vous trouvez ces poèmes bons

vous le pourriez commander

chez:

http://www.rezolibre.com

 

Salut mes ami et amies

et à bientôt.

                                     

Publié dans Poésie francophone

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article